PUB





TOUCHES:

Aventure Dans Le Désert, Aventure Dans Le Désert jeux, Jeux de Aventure Dans Le Désert en ligne, Jeux de Aventure Dans Le Désert gratuits en ligne

si vous parliezcomme vous écriviez.Je dis ce que je ressenset je suis profondément meurtri.Que voulezvous de moi ?La vie de Robert Forrest.Je ne peux vous l’offrir.On me l’a volée.Vous savez des choses.Que voulez vous ?Que je vous parle de son rire ?Du contact de sa main ?Je suis navré.Je m’en vais.Demain peutêtre ?Je ne vous comprends pas.Pourquoime confieraisje à vous ?Je ne vous ai jamais vu.Je ne sais rien de vous.Allezvousen.Je ne vous ai jamais vueet je crois vous connaître.J’apprécie ce que vous essayezde faire pour M. Forrest.Je regrettede ne pas pouvoir vous aider.Bonsoir, M. O’Malley.Bonsoir, Mme Forrest.Vous avez appelé O’Malley ?C’est un ami qui l’a envoyé.Et je m’en réjouis.Il a un visage magnifique,si honnête, si franc.Ce serait un allié précieux.J’ai entendu sa requête.Vous avez entendu ma réponse.Ce n’était pas très avisé.Il ne reviendra pas,si c’est votre crainte.Quand on ouvre la porteà O’Malley,on ne peut pasla lui claquer au nez.Je l’ai fait.Vous devez lui dire de revenir.Il penseraque vous lui cachez des choses.Il veut écrire un livreen hommage à votre mari.Si vous lui refusez votre aide,il va se demander pourquoi.M. O’Malley comprend bien,j’en suis sûre,pourquoi je fuistoute cette publicité.C’est différent.Il n’écrit pas des ragots.Que doisje faire ?Aidezle. Guidezle.Utilisezle.C’est trop tard.Provoquez une autre occasion.Vous comprenez pourquoi ?Peutêtre.Puisje avoir les clésde M. Forrest ?Pourquoi ?Je devais détruirecertaines enveloppes à sa mort. Que contiennentelles ? Je l’ignore.C’était si je venais à mourir,moi aussi.Il m’a parlé de ces enveloppes.Je m’en chargerai.C’était le cousin ?II est un peu tout à la fois.Cousin, joueur, fêtard,motard et fermier.Mais surtout motard.Voilà pourquoi la banque vendsa ferme.Les banques n’aiment pas la moto.Forrest ne l’a pas prissous son aile ? Vous rigolez ? Qu’estce à dire ?Du vivant de Forrest,il était indésirable.Pourquoi ?A mon avis, Forrest voulait pasle voir chez lui.Votre femme vous cherchait.Eh bien, Josué.Parlemoi des murs de Jéricho.J’ai connu pire.Tu l’as vue ?Raconte.Comment estelle ?Tu sais.Elle est comme tu l’imaginais ?Un peu plus jeune.Que portaitelle ?Une sorte de coiffure.Très drôle.Elle ne portait rien d’autre ?Comment étaitelle habillée ?En blanc, je crois.Oui, en blanc.Le noir va mieux aux veuves.Elle portait une sortede blanc cassé.C’était une robe ? Un corsage ?Une chemise de nuit ?Une robe.Une robe blanche.Fermeture éclair ou boutons ?Si tu rentrais à New York ?Et quitter ce lieu fascinant ?En pleine saison ?Freddie est couché ?Oui, on est enfin seul.Formidable.Souffler dans une trompetteest épuisant.Hein, Josué ?Tu as l’air au bout du rouleau.Bonne nuit, trésor.Tu as ta propre chambre.J’ai dit à M. Arbuthnotqu’on divorçait car tu ronflais.Il semblait absolument navré.M. Arbuthnot,connaissezvous Mme Forrest ?C’est une femme merveilleuse.Sans doute.L’avezvous déjà vue ?Parlezmoi d’elle.Etaitelle nimbée d’une musiqueétrange venue d’ailleurs ?Flottaitelle sur un nuageou estelle sortie d’un lac ?Bonsoir, M. Arbuthnot.Merci pour votre lettreet vos jolies fleurs



Remonter